Nuit sans lune (Premiers Ecrits – Luc Renders)

NUIT SANS LUNE

Puis-je te prendre dans mes bras
Comme je l’ai fait autrefois ?
Vis-en-toi les sens de la nuit,
Là-haut, une étoile te suit.

Hiboux, grillons, lucioles, tapis
Dans les sapins et les fouillis,
Dans la nature qui s’oublie,
Adoucissent ton cœur meurtri.

Ta tête tout contre moi, tel
Le poids d’un enfant qui chancelle
Dans les maisons vides, nuits sans lune.

En quête chaque instant d’amour
Et de chaleur, toujours tu cours
Te creuser un rayon de lune.

à G.T.
07/95

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *